Quand survient l’annonce de la maladie de votre enfant…

Lorsqu’on est parent, on sait qu’un jour, on sera confronté aux maladies infantiles qui, aujourd’hui, ne représentent quasi plus aucun danger vital pour la santé de l’enfant. Par contre, on n’est jamais préparé à l’annonce d’un diagnostic plus lourd, d’une maladie chronique. Et là, votre vie bascule !
Ce matin, votre enfant a de la fièvre, il est abattu, il a des courbatures, il se plaint d’avoir mal au v​entre ou à la tête, ou il a une éruption cutanée. Il a probablement une maladie dite maladie infantile.

Rien de grave mais à surveiller !​

Otite, bronchite, bronchiolite, refroidissements… des infections fréquentes généralement bénignes qui demandent toutefois une certaine vigilance.

Une bronchite par exemple, n’est pas grave pour un petit enfant mais reste à surveiller pour ne pas qu’elle dégénère en pneumonie.

Le système immunitaire de l’enfant étant en pleine construction, il ne dispose pas encore de toutes les défenses nécessaires pour lutter contre les virus et autres infections.



Consultez quand même.

Si votre enfant à une fièvre de plus de 38,5, pleure beaucoup, se plaint d’avoir très mal à la tête ou aux oreilles, est anormalement somnolent, vomit ou a une forte diarrhée, a des boutons, prenez rendez-vous chez votre médecin de famille.​​



Petits conseils en attendant la visite chez le docteur

En cas de fièvre, ne couvrez pas trop votre enfant, faites-le boire régulièrement et aérez sa chambre.​​

S’il a le nez bouché, mettez-lui des gouttes de sérum physiologique dans le nez. Bébé ne sachant pas se moucher seul, utilisez un mouche-bébé.

Et s’il tousse, sachez que c’est généralement une réaction de défense. Il est déconseillé de donner un sirop ou un médicament anti-toux sans avis du médecin.

Dans tous les cas, évitez l’automédication, vérifiez que ses vaccins sont à jour et en cas de doute, une visite chez votre médecin traitant est conseillée.